compteur
 
© JL-JC Courtens,
1997-2001,
Tous droits réservés
Création avril 1997
Revue : 02 mars 2006

 

Fertilité et plongées profondes

Impact d'une saturation forte et prolongée sur la qualité du sperme.

par R. J. Aitken, D. Buckingham, D. Richardson, J. C. Gardiner et D. S. Irvine

L'expérience de plongée 'Aurora' a permis de mesurer l'impact des conditions hyperbares extrêmes sur la fertilité du mâle. La plongée a duré 33 jours pendant lesquels les plongeurs ont été exposés à une pression maximale de 4.6 Méga Pascals (45,4 atm.) pendant 7 jours. Des échantillons de sperme ont été obtenus à J-4 (témoins), J27, J34, J82 et J263. J0 étant le le début de la plongée. Une décroissance dramatique de la qualité des spermatozoïdes est observée en relation avec la plongée. A J82, la fertilité potentielle des plongeurs était réellement compromise (sperme avec très peu de spermatozoïdes, et spermatozoïdes très peu mobiles). Cette étude démontre pour la première fois que des conditions hyperbares sévères associées à une saturation profonde ont un effet marqué sur la reproduction du mâle.

Traduit de: International Journal of Andrology (2000) 23 (2), 116-120 (résumé de l'article original en anglais)

Notes de l'amiral:

Pour rappel, il faut 76 jours pour fabriquer un spermatozoïde chez l'homme. La décroissance de qualité à 82 jours concerne donc les cellules qui ont commencé à de différencier au cours de la plongée (la différenciation des spermatozoïdes).

L'article scientifique ci-dessus concerne les plongeurs professionnels. Trois plongeurs seulement se sont prêtés à l'expérience, ce qui est peu. Il n'est pas habituels que les plongeurs amateurs soient placés dans des conditions aussi extrêmes (-450 m pendant une semaine + trois semaines de décompression sous hélium-oxygène). Il ne faut donc pas généraliser.